Enfant que tu étais, tu as voulu coucher

Noir sur blanc tous tes cris, toute joie, toute peine

Dans ce petit journal. Tu ne peux t’empêcher

De relire ces pages. Tes désirs, ta haine

 

Maintenant tout remonte, alors tu te revois

En train de rire ou de pleurer. La nostalgie

S’empare alors de toi. Cela ne se prévoit

Jamais quand on écrit. Un besoin, une envie,

 

On couche sur la feuille toutes les émotions

Qui traversent notre âme. Et puis, un jour, on trouve

Ces écrits de jadis. Avec délectation

On parcourt chaque mot. Chaque phrase nous prouve

 

Que la mémoire est bonne, et un seul souvenir

Fait rejaillir l’émoi ; joie, tristesse, colère,

Comme un vieux vague à l’âme, on sent tout revenir.

Mais à quoi sert tout ça ? Repenser aux galères ?

 

Pleurer sur un jadis ? Raviver une flamme ?

Hier est déjà loin, oui, ce passé est mort.

Brûle ce manuscrit : il blessera ton âme

Ton présent qui t’attend, est vide de remords.