Tu sais, je pense à toi, même dans l’interdit….

Je rêve en secret d’un nous deux improbable,

Les lèvres muettes, le cœur en oubli,

Des flocons d’espérance tombent, impalpables

 

Lorsque je surprends mon esprit occupé

A penser à toi, à murmurer « je t’aime »,

Coupable, impuissant… Tu es préoccupé

Je sais, par une autre que moi…Je me dis même

 

Parfois, que pour toi, c’était juste un moment

D’égarement, aujourd’hui regret, peut être…

Et moi je pense à toi…Stupide carrément

J’espère et je rêve….en sachant bien qu’être

 

Ainsi éprise n’apporte jamais rien….

Tu en sais quelque chose toi aussi…elle

T’a laissé là, le cœur en pleurs, je le sais bien…

Mais moi je pense à toi…Il me manque les ailes

 

De Cupidon, sa flèche, il me manque surtout

Ce quelque chose, ce rien pour que tu vacilles

Mais que je n’ai pas…Je pense à toi et tout

Semble perdu d’avance…Se peut-il qu’une vrille

 

S’opère un jour en toi ? Peux-tu encor guérir ?

Je pense à toi mais aurais-je une chance ?

« Ha ha ha » se moque mon âme… « Tel serait ton désir ? 

Alors oublie le ! Et freine ta patience :

 

Tu penses à lui…mais ne l’intéresses pas !

Il te l’a déjà dit ! Tu es si pathétique !

Continue ton chemin, réoriente tes pas

Oublie jusqu’à l’Amour : il n’est rien de magique…. »