Il y avait…

 

Il y avait, il y avait :

 

Tout d’abord ta beauté, mon regard qui s’attarde,

Qui te cherche toujours, puis qui capte le tien,

Et des yeux qui se fuient, des contacts qu’on se garde

De créer, de nos mains, de nos joues, qu’on retient…

 

Il y avait, il y avait :

 

Une amitié naissante entre âmes qui s’apprennent

Au fil des jours, émues, de comprendre déjà

Cette autre, et nos rires qui envolaient ma peine,

Et ce secret surtout dont je parlais tout bas…

 

Il y a eu, il y a eu:

 

La claque magistrale à l’instant où se lève

Cette évidence que je ne voulais pas voir,

Lorsqu’enfin j’ai compris que plus que ton élève

J’étais ta soupirante et j’aimais sans pouvoir…

 

Il y avait, il y avait

 

Ensuite cette quête où chaque petit geste

Me rapprochait de toi. Une bise, et nos mains

Qui s’éffleurent, se rejoignent, le cœur qui se leste

De se contenter du peu et penser que demain

 

Il y aura, il y aura

 

Peut être ce silence face aux maux qu’on prononce,

Ton absence choisie, et cet arrêt possible

De tout lien entre nous…Faut-il que je renonce ?

Cette peur de te perdre, une issue impossible….

 

Il y a eu, il y a eu

 

Cette mise à distance et le poids du non-dit,

Mes vaines tentatives pour que tu ne t’éloignes,

Ton incompréhension face à mon interdit

Et mes sanglots muets de terreur qui empoigne…

 

Il y a eu, il y a eu:

 

Tant de temps qui défile, la course des années,

Un silence entre nous et mon cœur en chamade,

Mes larmes de détresse et ses souvenirs nés

De ces instants précieux, cette douce pommade…

 

Puis un jour, il y a eu

 

Enfin en toutes lettres l’aveu de l’amour

Que je t’avais porté, ma peur….puis ton sourire !

Il y a, il y a, ce secret de toujours

Entre nous et la joie d’avoir pu te le dire !