Sais-tu tous ces tourments qui toujours nous rattrapent ?

 Ou connais-tu aussi ces instants poudrés d’or ?

Universels émois qui reviennent, qui happent,

Voyageurs qui, sans trêve, ennemis ou trésors,

Emergent de l’immense océan où fantômes

Ne se perdent jamais, mais où baignent candeur,

Intime, partage, où chaque femme, chaque homme

Ressurgit d’un passé, ramant avec ardeur

Sur l’ineffable écume, en portant ses arômes…